En novembre 2017, je commençais ce traitement contre l’acné : Roaccutane (ou plutôt Curacné, son générique). Après 9 mois sous cure, j’ai enfin atteint la dose nécessaire à mon corps pour ne pas (théoriquement) rechuter. Dans cet article, je vous parlerais des trois derniers mois, de ce que j’ai ressentis et de l’état de ma peau.

→ Bilan après 1 mois de traitement

→ Bilan après 6 mois de traitement

Après 6 mois de traitement, je savais comment mon corps réagissait. Je savais qu’à chaque effort physique (porter des sacs de courses, par exemple), je souffrirais de courbatures pendant plusieurs jours. Je savais également que si j’oubliais mon baume à lèvre le matin en partant bosser, ce serait fatal. Roaccutane a changé ma vie pendant presque une année entière. J’ai du m’adapter et trouver des solutions.

Ces trois derniers mois ont été vraiment durs. On pourrait croire que tout irait mieux en fin de traitement, parce que je suis censée avoir une belle peau de bébé, sans aucun trace de bouton. Sauf que ma peau était recouverte de plaques de rougeurs, j’avais une rosacée et des cicatrices rouges. Et le pire, et vraiment je pèse mes mots, c’était l’horreur de perlèche aux coins de mes lèvres. Des deux côtés de ma bouche, j’avais une plaie qui ne se refermait pas et qui s’étendait progressivement. Je crois que c’est ça le pire truc que j’ai subi à cause de Roac’ (on s’appelle comme ça lui et moi maintenant vous savez). Ca a déformé mon visage, c’était impossible à camoufler. J’étais vraiment mal dans ma peau à ce moment la, je ne pouvais plus me regarder dans la glace et j’avais honte quand je devais me montrer en public.

Si c’était à refaire, je pense que je resterais à très faible dosage durant toute ma cure. Même si ça la rendrait plus longue, elle en serait vraiment moins éprouvante. Les trois premiers mois de traitement étaient tellement plus simple à gérer. Malgré tout ce que je viens de vous dire, je ne regrette absolument pas d’avoir accepter ce traitement car aujourd’hui, j’ai une peau sans imperfections, sans boutons. Franchement ça fait un bien fou ! Ca fait déjà un mois que j’ai pris le dernier cachet. Je dois bientôt faire une prise de sang afin de déterminer mon taux de cholestérol et triglycéride car il avait fortement augmenté.

banderole

Vos questions :

Je vous ai demandé en instastory si vous aviez des questions, j’ai essayé de vous répondre au mieux, de façon sincère et précise.

Qu’est-ce que c’est comme traitement ? C’est un traitement lourd contre l’acné sévère et persistante à base d’isotrétinoïne.

Pourquoi tu as fait ce traitement ? Parce que je traînais une acné rétentionnelle microkystique depuis mes 11 ans et que rien n’avait fonctionné jusqu’alors !

Qu’est-ce qui a été le plus difficile tous le long du traitement ? Comme je vous le disais plus haut, le plus dur pour moi c’était vraiment ces deux derniers mois car je traînais une perlèche aux coins des lèvres. C’était vraiment compliqué, j’avais honte de mon reflet. Sinon, tout le long du traitement j’ai eu les cervicales bloquées et ça me provoquait des douleurs dans la nuque et de violent maux de tête. Je devais consulter mon kiné tous les 10 jours pour limiter les douleurs.

Est-ce vrai qu’il ne faut pas aller au soleil avec ce traitement ? Oui, ce n’est pas recommandé. Le traitement est photosensibilisant, il faut donc être prudent et se protéger à l’aide d’écran total. J’ai terminé mon traitement début juillet, mais en juin j’ai chopé en Italie le coup de soleil le plus monstrueux de toute ma vie, j’ai été brûlée au second degré.

Et niveau moral c’était difficile ? Je n’ai pas eu de soucis de dépression ou moral en berne, mais plus le traitement durait, plus j’en avais marre. J’étais mal dans ma peau et je n’avais qu’une hâte, que ça se termine.

banderole

Quelques conseils :

  • Dès que vous augmentez le dosage de votre traitement, procurez-vous une crème très riche pour votre visage. Celle qui m’a sauvé : la cialfate émulsion réparatrice post-acte de Avène.
  • N’oubliez jamais votre baume à lèvre, et choisissez le plus riche et longue durée. Je vous conseille le baume Cold Cream de Avène.
  • La nuit, tartinez-vous d’homéoplasmine : lèvres et intérieur du nez ! 
  • Protégez-vos mains en hiver, le froid ne pardonne pas. Pour apaiser l’eczéma, j’ai opté pour du beurre de karité pur
  • Évitez de vous maquiller, mais si vous le faites, démaquillez-vous à l’aide d’un lait qui sera bien plus doux qu’une eau micellaire par exemple.

Je vous écrirai un article dans 3-4 mois pour vous parler de l’après-roaccutane : est-ce que mes boutons sont revenus ? Comment à réagit mon corps ? Est-ce que tous les symptômes, comme mes douleurs chroniques aux cervicales, ont disparus ?
Cet hiver, je vous parlerais également de peeling dermatologique : il s’agit d’une intervention pratiquée par les dermatologues consistant enlever chimiquement une couche plus ou moins superficielle de la peau. Cela permet de gommer les cicatrices et les pores dilatés.

Merci de m’avoir lu, j’espère que cet article vous a plus ! N’hésitez pas à me parler de votre expérience où à me poser des questions. Je serais vraiment heureuse d’échanger avec vous ! 🙂